Bibliothèque nationale de France

[full_width]bandeau-bibliotheque-national-de-france[/full_width]
[one_half padding= »20px 20px 0 0″]
La Bibliothèque nationale de France est l’héritière des collections royales constituées depuis la fin du Moyen Âge. Première institution chargée de la collecte du dépôt légal, à partir de 1537, elle est la plus importante bibliothèque de France et l’une des plus importantes au monde. Ses collections s’élèvent à un nombre total de 14 millions de livres et s’accroissent d’environ 150 000 volumes par an principalement par acquisition et par dépôt légal. Outre les livres imprimés, ses collections comprennent plusieurs millions de manuscrits, cartes, estampes, photographies, partitions, monnaies, médailles, documents sonores, vidéo, multimédia, numériques ou informatiques, objets et objets d’art, décors, costumes. La bibliothèque numérique, Gallica, propose la reproduction de plus de deux millions de documents sous format texte, image ou sonore. La Bibliothèque nationale de France a une mission de collecte, d’archivage et de conservation, mais aussi des activités de recherche et de diffusion, notamment au travers d’expositions organisées à destination du grand public.

[/one_half][one_half_last padding= »20px 0 0 0″]

bibliotheque-national-de-france-01

BnF – Site François Mitterrand : Copyright Eric Sempé/BnF

[/one_half_last]
[one_half padding= »20px 0 0 0″]bibliotheque-national-de-france-02

Salle de lecture du département des Manuscrits : Copyright Jean-Christophe Ballot/BnF

[/one_half][one_half_last padding= »20px 0 0 20px »]

La Bibliothèque nationale de France est investie d’une mission de recherche scientifique, inscrite dans ses statuts et rappelée en 1994 dans le décret de création de l’établissement. Les projets de recherche dont celle-ci est partie prenante sont nombreux et participent de son rayonnement national et international, en particulier le projet Europeana Regia consacré aux collections royales de manuscrits du Moyen Âge et de la Renaissance. Coordonné par la Bibliothèque nationale de France et associant cinq bibliothèques de quatre pays, ainsi que nombre de bibliothèques françaises, ce projet européen a permis la description et la mise en ligne de près de 1000 manuscrits accessibles via un portail dédié. Ce projet, dont Biblissima est parfaitement complémentaire, a aussi révélé la place majeure prise par la Bibliothèque nationale de France dans le développement des humanités numériques appliquées au domaine médiéval. Celle-ci s’illustre également par sa participation à des groupes de réflexion au niveau international sur l’interopérabilité des catalogues et des bibliothèques numériques, en partenariat avec l’université de Stanford, l’Université Johns Hopkins de Baltimore ou la British Library.

[/one_half_last]
[one_half padding= »20px 20px 0 0″]
La Bibliothèque nationale de France est impliquée à des degrés divers dans les grandes orientations et les différents volets de Biblissima. Elle prend ainsi une part active au projet de reconstitution de la Bibliothèque virtuelle de Clairvaux. À cette fin, 17 manuscrits, issus des anciennes collections de la prestigieuse abbaye cistercienne et conservés à la BnF (9 au département des Manuscrits et 8 à la bibliothèque de l’Arsenal), sont numérisés pour former à nouveau la bibliothèque inventoriée sous l’abbatiat de Pierre de Virey en 1472. Ces manuscrits reflètent les contours encyclopédiques de la grande bibliothèque cistercienne et la prospérité de son scriptorium : les Epîtres d’Horace (Arsenal 887), Les Métamorphoses d’Ovide (Arsenal 1207), les Chroniques de Gérard de Frachet (Arsenal 1147), un recueil abrégé de décrétales d’Innocent III (Latin 18223), divers ouvrages de grammaire (Latin 18522, Arsenal 978), les grands traités de Boèce commentés par Gilbert de la Porrée (Latin 18094), le De universo de Raban Maur (Latin 16879). D’autres manuscrits viennent compléter l’histoire de l’institution, dont un ordinaire réalisé à la demande du même abbé Pierre de Virey (Latin 983A) et un inventaire des collections mis à jour en 1645 (Français 22364)

[/one_half][one_half_last padding= »20px 0 0 0″]

bibliotheque-national-de-france-03

Raban Maur, De universo (BnF, Manuscrits, Latin 16879, f. 3
Gallica : Cliquez-ici

[/one_half_last]

 

Le département des Manuscrits est le principal héritier de la bibliothèque royale à laquelle se sont ajoutés des fonds remarquables lors des confiscations révolutionnaires (fonds provenant des anciennes abbayes de Saint-Germain-des-Prés ou de Saint-Victor par exemple, mais aussi de la Sorbonne ou encore du chapitre de Notre-Dame). Depuis le XIXe siècle, les collections s’enrichissent de nombreux legs et dons d’auteurs contemporains ou de mécènes autour d’œuvres littéraires et scientifiques. Qu’il s’agisse de cartulaires, de manuscrits, de correspondances, d’archives littéraires, de papiers d’hommes politiques ou de pièces historiques, les collections du département des Manuscrits sont encyclopédiques (littérature, langues, art, histoire, sciences, philosophie, etc.). Elles mêlent une grande variété de formes et supports (parchemin, tablettes, xylographes, estampages, etc.). Ces collections sont organisées selon les langues (latin, français, grec, italien, japonais, copte, sanscrit, etc.), selon leur histoire et leur contenu. La numérisation des manuscrits issus de l’ancienne abbaye de Clairvaux s’inscrit dans une politique active de reproduction des documents mis en ligne sur Gallica (http://gallica.bnf.fr/) et décrits dans le catalogue BnF Archives et Manuscrits (http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ ).

 

Bibliographie :

  1. Delisle, Le cabinet des manuscrits de la Bibliothèque impériale [puis nationale] : étude sur la formation de ce dépôt, comprenant les éléments d’une histoire de la calligraphie, de la miniature, de la reliure et du commerce des livres à Paris avant l’invention de l’imprimerie, Paris : Imprimerie impériale : puis Imprimerie nationale, 1868-1881

La Bibliothèque nationale de France : collections, services, publics, sous la dir. de Daniel Renoult et Jacqueline Melet-Sanson,  Paris : Éd. du Cercle de la librairie, cop. 2001
Trésors de la Bibliothèque nationale de France. Volume I, Mémoires et merveilles, VIIIe-XVIIIe siècle, sous la dir. de Marie-Hélène Tesnière, Paris : Bibliothèque nationale de France, 1999

Trésors de la Bibliothèque nationale de France. Volume II, Aventures et créations, XIXe-XXe siècles, sous la dir. de Marie-Odile Germain et d’Antoine Coron, Paris : Bibliothèque nationale de France, 2000

Bruno Blasselle et Jacqueline Melet-Sanson, La Bibliothèque nationale de France: mémoire de l’avenir, Paris : Gallimard, 2006

[full_width]

Bibliothèque de l’Arsenal

[/full_width]
[one_half padding= »20px 20px 0 0″]
La Bibliothèque de l’Arsenal fut fondée au XVIIIe siècle par Antoine-René de Voyer d’Argenson, marquis de Paulmy (1722-1787). Destiné par sa haute naissance à la vie publique, le marquis de Paulmy développa parallèlement à sa carrière d’homme politique une carrière d’homme de lettres et d’érudit. Il constitua une collection de livres et d’estampes fameuse en son temps. A partir de 1757, Paulmy eut la jouissance de l’hôtel particulier des Grands Maîtres de l’Artillerie, dans les emprises de l’Arsenal de Paris. C’est là qu’il déploya sa collection, s’y consacrant de manière de plus en plus exclusive au fil des ans. Soucieux de maintenir la cohérence de sa collection au-delà de sa disparition, Paulmy la vendit en bloc au comte d’Artois peu avant sa mort. Pendant la Révolution française, la bibliothèque fut confisquée au titre de bien d’émigré et passa de la sphère privée à la sphère publique.
La Bibliothèque de l’Arsenal, aujourd’hui département spécialisé de la Bibliothèque nationale de France, conserve plus de quatre-vingt manuscrits des bibliothèques cisterciennes. Paulmy prisait les manuscrits médiévaux ; c’est lui qui a acquis la quasi-totalité des manuscrits de Fontenay et de Clairvaux aujourd’hui conservés à l’Arsenal. Les manuscrits provenant de l’abbaye de Clairvaux forment un sous-ensemble d’une dizaine de volumes littéraires (œuvres classiques et médiévales, traités grammaticaux etc.), dans des copies datées majoritairement du Moyen Age central. Cet ensemble témoigne de la passion de Paulmy pour la matière littéraire, y compris médiévale, comme de son intérêt marqué pour les manuscrits anciens.

Indications bibliographiques :

Lefèvre, Martine, Muzerelle, Danielle, « La bibliothèque du marquis de Paulmy », dans Histoire des Bibliothèques françaises, vol. 2, Les bibliothèques sous l’Ancien Régime, p. 303-315.

Martin, Henry, Histoire de la Bibliothèque de l’Arsenal, T. 8 du Catalogue des manuscrits de la Bibliothèque de l’Arsenal. Paris : Plon, Nourrit et Cie, 1809, p. 480-481.
Vernet, André, La Bibliothèque de l’abbaye de Clairvaux du XIIe au XVIIIe siècle. 1, Catalogues et répertoires. Paris : Éd. du CNRS, 1979, p. 767.

[/one_half][one_half_last padding= »20px 0 0 0″]bibliotheque-de-l'arsenal

 

« France, Paris Bibliothèque de l’Arsenal October 18, 2012 » par Vincent Desjardins. Sous licence CC BY 2.0

Source : Cliquez ici pour voir la source
[/one_half_last]